Les besoins nutritionnels des chèvres

Introduction

Les chèvres fournissent de la nourriture et de la fibre à beaucoup de gens du monde, aussi bien que donner d'autres avantages socio-économiques. Néanmoins, très peu est connu au sujet des besoins nutritionnels des chèvres par rapport aux bovins et aux ovins. Par conséquent, il y a besoin de plus de recherche sur les besoins nutritionnels des chèvres, avec la plus grande utilisation des techniques sophistiquées et plus appropriées de l'étude. Mais, comme la recherche sur les chèvres à beaucoup d'endroits autour du globe a été conduite ces dernières années, il est également souhaitable de compiler ces résultats existants afin de les utiliser pour le développement des expressions précises des besoins nutritifs des chèvres.

Pour faire ainsi, un fonds compétitif du projet (numéro de projet de l'USDA : 98-38814-6241) intitulé « Les besoins nutritionnels des chèvres : Une réévaluation et une mise à jour » a été reçu en 1998 par l'Institut Américain E (Kika) de la Garza pour la recherche sur les chèvres du Ministère de l'Agriculture des Etats-Unis dans son programme 1890 d'augmentation des capacités des institutions. Les résultats de ce projet sont décrits dans une édition spéciale du journal de recherche sur les petits ruminants « Small Ruminant Research » (2004, le volume 53, le numéro 3) éditée par Elsevier Science. Les méthodes de calcul utilisées sont basées sur ce projet et publication.

Pour faire ainsi, un fonds compétitif du projet (numéro de projet de l' USDA : 98-38814-6241) intitulé « Les besoins nutritionnels des chèvres : Une réévaluation et une mise à jour » a été reçu en 1998 par l'Institut Américain E (Kika) de la Garza pour la recherche sur les chèvres du Ministère de l'Agriculture des Etats-Unis dans son programme 1890 d'augmentation des capacités des institutions. Les résultats de ce projet sont décrits dans une édition spéciale du journal de recherche sur les petits ruminants « Small Ruminant Research » (2004, le volume 53, le numéro 3) éditée par Elsevier Science. Les méthodes de calcul utilisées sont basées sur ce projet et publication.

Les approches adoptées dans ces études étaient empiriques, avec les besoins en énergie et protéines déterminés par la régression de l'ingestion de l'énergie métabolisable ou protéine, ou une fraction partitionnée contre la production, telle que le changement de poids corporel, le rendement en lait, et/ou la croissance de la fibre. Par conséquent, les expressions particulières de besoins ne peuvent nécessairement pas avoir la liaison directe avec la physiologie de l'entretien ou de la production (par exemple, lait, viande, et fibre). Plutôt, les expressions, prises dans le contexte des prétentions utilisées, ont été trouvées capables de décrire des réponses aux changements en nutriments et énergie donnée.

Les expressions de poids corporel ne sont rétrécies ou sur base alimentaire, parce qu'une méthode appropriée d'ajustement sur une base de poids corporel vide dans les diverses conditions expérimentales n'était pas disponible. Comme c'est remarquable dans quelques rapports et sur base des conditions pour la plupart des observations dans la base de données, les expressions des besoins nutritifs sont convenables aux animaux sur les plans constants de la nutrition près de l'entretien ou au-dessus, dans un environnement de thermo neutralité et de stabulation permanente (par exemple, étable ou stalle) et sans fardeau significatif de parasite. Cependant, Sahlu et al. (2004) ont également proposé des moyens de comptabiliser les coûts énergétiques d'activité de pâturage, et deux options de calcul pour cette méthode sont disponibles ci-dessous.

D'autres facteurs non considérés directement dans ce projet qui peuvent influencer des besoins nutritifs et l'ingestion alimentaire incluent l'acclimatation, la chaleur et le froid, et le niveau nutritionnel précédent. Sahlu et al. (2004) ont présenté des moyens possibles d'adresser des impacts de tels facteurs jusqu'à ce que d'autres recherches soient conduites. Ces méthodes pour l'acclimatation et le niveau nutritionnel précédent sont disponibles ci-dessous. Comme décrit dans le site de la calculatrice, le niveau nutritionnel précédent est adressé sur base de note de l'état du corps et le temps après changement d'un bas niveau au niveau nutritionnel élevé. Les calculatrices de besoin en énergie incluent ces coefficients d'adaptation optionnels.

Il y a deux calculatrices disponibles pour faciliter la formulation du régime. L'une permet la détermination de la quantité appropriée de concentré supplémentaire requise pour répondre à des exigences en énergie métabolisable et en protéine pour une ration de base constituée de fourrage, aussi bien qu'identifier la concentration en énergie métabolisable (EM) dans le supplément requis pour répondre exactement aux exigences quand la protéine métabolisable (PM) était le plus limitant, et vice versa. Des assomptions pour la substitution de concentré pour le fourrage ou la stimulation de l'ingestion de fourrage sont décrites dans la calculatrice. L'autre calculatrice est un simple papier bilan servant dans l'application des rations mixtes totales. Toutes les deux sont connectées à d'autres sites pour dériver des estimations de besoins et d'ingestion alimentaire.

Des liens aux diverses calculatrices sont énumérés ci-dessous. Des mots clés sont mis en relief pour faire trouver la calculatrice désirée rapidement. A la fin de chaque calculatrice, il y a un bouton permettant de retourner à cette page. Le Javascript doit permettre d'employer les calculatrices des besoins nutritifs des chèvres. Le Javascript et Cookies doivent être permis d'utiliser la calculatrice des rations mixtes totales. Cette page vérifiera pour voir si votre navigateur possède deux composantes permises.